Il y a 100 ans, Douai était libérée…

Dans le cadre du centenaire de la Grande Guerre, différentes manifestations : expositions, concerts, théâtre, visites cinéma, conférence, sont prévues du 20 octobre 2018 au 11 janvier 2019.

Durant la Première Guerre mondiale, Douai subit une occupation terrible de l’armée allemande. Les habitants, totalement isolés, vivaient sous la discipline de fer des occupants. En 1918, les Anglais libèrent la ville et découvrent un véritable champ de ruines.
 

EXPOSITIONS - CONCERTS - THÉÂTRE - VISITES - CINÉMA - CONFÉRENCE

 > Visites thématiques avec l’Office de tourisme (réservations au 03 27 88 26 79),

> Conférence "Louise de Bettignies, héroïne de la Grande Guerre, vendredi 12 octobre à 20h, à l’hôtel de ville (salle gothique), au profit de l’association Haïti-Présences,

> Conférence "Douai libérée", lundi 15 octobre à 15h, salle Robert de Douai (salles d’Anchin) avec Roland Allender, ancien inspecteur de l’Éducation nationale, titulaire d’un DEA en Histoire et civilisations, organisée par l'Université d'Anchin,

> Concert du Centenaire, samedi 20 octobre à 20h, à l’église Notre-Dame, organisé par le Comité d'entente des Ordres Nationaux et des associations patriotiques du Douaisis, avec la Maîtrise des Petits Chanteurs de Lambres-lez-Douai et la Musique municipale, au profit de l'association Terre Fraternité (veuves, blessés et orphelins de l'Armée de Terre).

Suite du programme à venir

UN PEU D'HISTOIRE

Le saviez-vous ?
Le Premier Régiment britannique, qui libère Douai en octobre 1918, offre son drapeau avant de quitter Douai et le hisse à l’hôtel de ville.
Ce drapeau est actuellement visible dans l’exposition "Vous avez dit archives ? Inventaire à la Prévert" aux archives communales (jusqu’au 31 octobre).


Si les deux conflits mondiaux n’ont pas épargné la cité de Gayant, Douai a surtout souffert durant la Grande Guerre et ses quatre années d’occupation. Dès le 1er octobre 1914, l’armée allemande prend Douai et y installe une Kommandantur d’étape qui organise les transports, logements et ravitaillement des troupes. Des milliers de soldats partant au front ou, en revenant, stationnent dans Douai, devenue ville de garnison. Pendant quatre ans, la population se trouve sous le joug de l’occupant, qui réglemente et contrôle tout et encourage les Douaisiens à dénoncer leurs compatriotes.
Mais le plus éprouvant fut l’année 1918 quand les Allemands doivent reculer devant les soldats alliés et britanniques. En évacuant, les Allemands mènent une véritable politique de la terre brûlée, incendiant une partie du centre-ville. Le côté nord de la Place d’Armes, ainsi qu’une bonne partie des rues de Bellain et de la Madeleine sont ravagés, sans parler des nombreux dégâts place Carnot, rues Morel, de Paris, des Wetz, du Canteleu et à la gendarmerie.
Les Britanniques et les habitants revenus d’évacuation découvrent un champ de ruines. La ville de Douai se voit remettre la Légion d’honneur et la Croix de guerre par le président de la République Raymond Poincaré le 14 septembre 1919.