Ressources

Les archives communales de Douai offrent aux scientifiques, généalogistes, historiens amateurs et administrés une documentation historique extrêmement variée sur la ville de Douai depuis le XIIe siècle.
Aux documents originaux, dont le plus ancien remonte à 1163, s'ajoute une très riche bibliothèque administrative et historique constituée depuis le XIXe siècle.

Connectez-vous à la base de données des archives.
Accès à la base documentaire des archives municipales

Les archives anciennes   

Elles sont formées par les documents antérieurs à 1790. Elles sont classées dans l'ordre méthodique des séries du cadre de classement réglementaire de 1857, qui est à l'origine du règlement des Archives communales de 1926. 8 séries sont ainsi symbolisées chacune par une double lettre :  


AA Actes constitutifs et politiques de la commune.
BB Administration communale
CC Finances. - Impôts. - Comptabilité
DD Biens communaux. - Eaux et Forêts. - Travaux publics. - Voirie
EE Affaires militaires
FF Justice. - Procédures. - Police
GG Cultes. - Instruction publique. - Assistance publique
HH Agriculture. - Industrie. - Commerce
II Documents divers

Les séries AA à FF ont fait l'objet d'un classement définitif et sont dotées d'instruments de recherche.
Les séries AA à EE possèdent un inventaire analytique sommaire imprimé, dressé par l'abbé Chrétien Dehaisnes, Jules Lepreux, et Félix Brassart, et publié entre 1876 et 1898. La série FF dispose, elle, d’un inventaire analytique sommaire manuscrit rédigé par Jules Lepreux.
Ces précieux instruments de recherche revêtent toutefois deux inconvénients majeurs : ils ne sont pas munis de tables et décrivent, comme leur nom ne le laisse guère supposer, les articles par échantillonnage sur les critères de la science historique de l'époque.
L'inventaire analytique des séries AA à EE est numérisé et la recherche s'effectue par reconnaissance de caractères. Les 6 000 contrats de mariage (XIIIe- XVIIe siècle) sont analysés dans un inventaire sur fiches et complétés par une table onomastique sous forme de fichier.

Téléchargement de l'inventaire des séries de AA à EE :

- Table des chapitres
- Série AA
- Série BB
- Série CC
- Série DD
- Série EE


Les séries GG et HH n'ont pas été inventoriées mais simplement pré-classées et sont accessibles à l'aide du récolement dressé en 1958, révisé en 1999 et saisi dans la base de données des archives qui établit un état très sommaire des différentes liasses. En 1997, les registres paroissiaux, dont la collection remonte à 1580, ont fait l'objet, avec l'état civil, d'un répertoire méthodique sur la base de la cotation établie au XIXe siècle.

La série II du cadre de classement a un contenu particulier à Douai. Elle rassemble les documents entrés par voie extraordinaire, dons, achats et dépôts, quelle que soit leur date. Cette série a été close en l996, année à partir de laquelle la série S a été créée. La série II possède deux instruments de recherche : un répertoire numérique détaillé proche de l'inventaire analytique et une table générale sous forme de fichier. Voir aussi la rubrique « Archives privées ». 
     

Deux très beaux fonds anciens ont une cotation particulière en attendant leur intégration dans les séries douaisiennes. Il s'agit du fonds des Hospices et du fonds de Lalaing.

Le fonds des Hospices

Il représente plus de 200 mètres linéaires. Il contient les documents produits et reçus par les différentes fondations hospitalières et charitables, dont beaucoup remontaient au Moyen Âge, puis, après leur regroupement en 1752, par l'Hôpital général. On a affaire ici à une permanence archivistique, et institutionnelle remarquable. Les archives de l'Hôpital font partie intégrante des collections communales compte tenu de leur statut juridique qui est celui d'un établissement public communal dont le maire est le président. Elles forment toutefois un fonds particulier qu'on qualifie généralement d'annexe en raison de la provenance spécifique des documents. Ce fonds est resté longtemps au sein du bâtiment de l'Hôpital général construit en 1756, rue du Canteleu. Mlle Mestayer le prit en charge sur place assez rapidement après son arrivée en 1957. Il ne fut toutefois transféré dans les locaux des Archives communales qu'en 1988. Modeste Brassart, père de Félix, archiviste de la ville, avait inventorié, comme secrétaire des Hospices, les fonds historiques de l’Hôpital général et en publia l’inventaire analytique en 1839 mais les mauvaises conditions de conservation, les déménagements successifs, un début de révision du classement par Félix Brassart ont provoqué un certain désordre. Toutes les liasses ne sont donc malheureusement pas communicables pour l’instant.

Le fonds de Lalaing

Le château de Lallaing était le dépôt des archives domaniales des biens de la branche française de la maison d’Arenberg pour ses propriétés du Nord et de l’Ouest de la France, de Belgique et, marginalement, d’Autriche et d’Italie. Dans le premier tiers du XXe siècle il fut divisé en deux sous-ensembles. L’un d’eux fut légué aux Archives communales de Douai par Mme Morel-Butruille, veuve de M. Morel, régisseur des biens d’Arenberg et propriétaire du château depuis 1904.
Cette première partie du fonds de Lalaing est donc entrée aux Archives en 1932. Elle représente 30 mètres linéaires et contient les documents produits et reçus du XVIe au XIXe siècle par les seigneurs de Lalaing qui possédaient également les terres de Bruille et d'Écaillon. Le legs fut immédiatement contesté par les héritiers de M. Morel. Une très longue procédure judiciaire, qui dura 30 ans, aboutit en 1961 à la confirmation du legs à la commune de Douai par un arrêt du Conseil d'État. Durant cette période, le fonds fut placé sous séquestre et interdit de consultation. Les Archives de France entérinèrent le dépôt définitif à Douai d'une collection exceptionnelle de comptes depuis le XVIe siècle et d'une correspondance politique, diplomatique et privée de première importance. Une série de missives autographes d'Anne de Bretagne, de billets de Charles Quint et de la plupart des souverains du XVIe siècle y figure en bonne place. Ce fonds fait partie de ceux qui permettent de concourir périodiquement au prix de la fondation d'Arenberg.
Le président Wagon, archiviste de la ville de Douai, en dressa l'inventaire analytique sous forme d'un précieux dactylogramme dans lequel sont également consignées les sources complémentaires conservées aux Archives du Royaume de Belgique à Bruxelles.

La deuxième partie du fonds fut acquise, en 1947 et 1978, par le département du Pas-de-Calais de M. E. Delétoille, parent de l’ancien régisseur de la propriété résidant à Arras. En 2004 le directeur des Archives départementales du Pas-de-Calais proposa de regrouper en un même lieu de conservation et de consultation cet ensemble historiquement important pour le Nord et pour l’Europe et une convention de dépôt fut signée entre le département du Pas-de-Calais et la ville de Douai.
L’ensemble du chartrier de Lalaing se trouve donc désormais aux Archives communales de Douai.